Langues:
Accueil » Prothèses de hanche métal-métal

Les prothèses de hanche métal-métal sont-elles sûres ?

Prothèses de hanche métal-métal Page d'accueil

Contexte - Aujourd’hui, des interventions modernes comme la pose de prothèses de hanche peuvent aider certaines personnes à retrouver leur mobilité.

Les prothèses de hanche métal-métal peuvent résoudre de nombreux dysfonctionnements liés à la hanche. Cependant, ces dernières comportent-elles des risques ?

  • Source :CSRSEN (2014)
  • Résumé & Détails: Commission Européenne

Des articulations raides et des douleurs osseuses – il fut un temps où l’on ne pouvait rien faire d’autre que d’accepter ces problèmes comme étant liés à la vieillesse. Aujourd’hui pourtant, des interventions modernes comme la pose de prothèses de hanche peuvent aider certaines personnes à retrouver leur mobilité. Les prothèses de hanche métal-métal, qui correspondent à une catégorie particulière de prothèses, peuvent résoudre de nombreux dysfonctionnements liés à la hanche. Cependant, ces dernières comportent-elles des risques ?

Le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux indépendant (CSRSEN) répond à cette question dans son avis intitulé « La sûreté des prothèses articulaires métal-métal, en particulier celle des prothèses de hanche », dont les principaux points sont résumés dans cette fiche d’information.

Qu’est-ce que les prothèses de hanche métal-métal ?

L’arthroplastie de hanche peut être totale ou partielle, remplaçant l’ensemble ou l’un des deux composants de l’articulation de la hanche – la boule et la cavité articulaire – qui doivent coulisser ensemble de façon fluide pour faciliter le mouvement.

Dans le cadre d’une arthroplastie totale, la tête fémorale (le haut du fémur) et l’acetabulum endommagé (la cavité cotyloïde) sont retirés et remplacés par des composants en métal, en plastique ou en céramique.

Dans le cadre d’une arthroplastie de réfection de la hanche, la tête fémorale n’est pas retirée. La zone endommagée est réduite et recouverte d’une calotte souple. Cependant, les os et cartilages endommagés à l’intérieur de la cavité sont retirés et remplacés, comme dans le cas d’une arthroplastie totale.

Dans les prothèses de hanche métal-métal, les composants utilisés dans la boule et la cavité articulaire sont en métal. Ce type d’implant peut être utilisé pour des arthroplasties partielles et totales.

Pourquoi utiliser du métal ?

Les éléments en métal ont une longue durée de vie et sont souvent utilisés chez les jeunes patients pour leur éviter de subir des opérations de révision ultérieurement en vue de remplacer des éléments en plastique moins durables. Les composants des implants en métal ont également tendance à être plus gros, ce qui les rend plus durables et moins susceptibles de se disloquer.

Quelles sont les inquiétudes au sujet des prothèses de hanche métal-métal ?

Quand deux composants, comme dans le cas d’un implant, se frottent constamment l’un contre l’autre, ce frottement peut produire des débris. Dans les prothèses de hanche métal-métal, de minuscules particules de métal peuvent se répandre en raison des frictions et s’accumuler autour de l’implant au fil du temps, voire se retrouver dans le sang et les tissus.

La plupart des patients équipés de prothèses de hanche métal-métal n’ont pas d’effets indésirables, mais certains patients présentent des symptômes autour de la hanche, comme une inflammation. D’autres signalent des problèmes dans d’autres régions que celle de la hanche, qui pourraient être liés au rejet de substances métalliques.

Quelles sont les conclusions du CSRSEN au sujet de la sûreté des prothèses de hanche métal-métal ?

Le CSRSEN conclut que les prothèses de hanche métal-métal à grosse tête (grand diamètre), en particulier, sont les plus susceptibles de provoquer des réactions indésirables. En raison du risque potentiel pour la santé lié aux prothèses de hanche métal-métal, la décision de les utiliser doit être prise au cas par cas, en pesant le pour et le contre pour chaque patient et compte tenu de facteurs importants tels que l’âge, le sexe, la corpulence, la forme physique et le mode de vie.

Tous les types de prothèses de hanche métal-métal doivent être évités chez certains groupes de patients à haut risque, notamment les femmes en âge de procréer, les femmes à ossature fine et les patients qui sont allergiques aux métaux concernés.

Si les prothèses métal-métal sont considérées comme la meilleure solution pour répondre aux besoins d’un patient, l’intervention chirurgicale doit être réalisée par un chirurgien très expérimenté afin de minimiser les risques.

Concernant les soins post-opératoires, le CSRSEN avalise la stratégie définie dans la déclaration commune européenne, qui recommande que tous les patients équipés de prothèses fassent l’objet d’examens cliniques et radiographiques réguliers. Des contrôles de routine doivent notamment être effectués pour les ions métalliques des prothèses de hanche totales métal-métal à grosse tête, et les patients ayant subi une arthroplastie de réfection de la hanche doivent être suivis régulièrement, au moins durant les cinq premières années post-opératoires.

Cette fiche d’information est fondée sur l’avis scientifique du Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux indépendant (CSRSEN) : « La sûreté des prothèses articulaires métal-métal, en particulier celle des prothèses de hanche », septembre 2014. L’avis est disponible à l’adresse suivante :
http://ec.europa.eu/health/scientific_committees/emerging/opinions/index_en.htm 


FacebookTwitterEmailTelecharger (1 page, 0.3 MB)
 foldout
Thèmes
Publications A-Z
Dépliants

Video